Droits réservés

Les photos et les textes de ce blog ne sont pas libres de droits. All rights reserved, donc. Bin oui.

samedi 22 octobre 2016

♥︎ DAIFUKU AKA MOCHI ♥︎ (Fuyo)



Nourriture céleste…

Pas d’entre-deux : le daifuku, on adore ou on déteste. 
Personnellement, j’y suis tellement addict que j’avoue (avec un peu de honte) en avoir longtemps dégusté un tous les soirs, ou presque. Bon, c’est vrai que c’est un peu particulier, notamment en ce qui concerne la texture : il faut aimer le caoutchouteux et le pâteux…

Un total sentiment de bien-être nous emplit dès la première bouchée lorsque nos incisives impatientes s’enfoncent avec précaution mais fermeté dans une pâte de riz tendre et délicieusement douceâtre. Puis vient le fourrage au haricot rouge, fidèle ami azuki, onctueux et un peu grumeleux, dont la saveur délicate, farineuse et finement sucrée est très bien mise en valeur par l’insipidité caoutchouteuse de son écrin blanc.



Il existe un très grand nombre de variétés et nous avons ci-dessus un Kusa Daifuku (vert, à l’armoise), un Kuro Goma Daifuku (au sésame noir) et un Shiro Daifuku (blanc), tous trois exquis, inutile de le préciser. Ces spécimens-ci n’ont pas l’élasticité de ceux que l’ont fait soi-même (et qui nous mènent près de l’étouffement en cas de gloutonnerie trop prononcée) mais ils ont la douceur homogène et un peu industrielle qui leur donne cette succulence réputée et addictive.

Pour tout savoir sur le merveilleux mochi, rendez-vous ICI :)

Pour les yeux :
Emballage : 5/5
Produit : 5/5

Pour les papilles :
Consistance : 5/5
Saveur : 5/5

Pour comparaison :
Boules de coco de restaurant chinois (en plus fin et sans la coco).

Catégorie :
heu…




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à dire ?
Ne cherchez plus, c'est ici :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...